Casque Anti Bruit Pour La Chasse

un homme portant un casque anti bruit chasse

En ce qui concerne la protection des oreilles, la plupart des tireurs ne se rendraient jamais sur un champ de tir sans en avoir une avec eux. Cependant, trop souvent, ils négligent les protections auditives comme le casque anti bruit chasse. Voire carrément elles sont ignoréees par les chasseurs utilisant des armes à feu. Dans un sport où l’audition est importante, chaque tir sur un cerf, un élan ou un canard érode les oreilles du chasseur, le privant de l’un de ses sens les plus importants. Quels sont donc les dangers de la chasse sans protection auditive ?

Les meilleurs casques anti bruit pour la chasse


Dernière mise à jour le 2021-12-08 / Liens affiliés / Images de l'API Amazon Partenaires


Les dangers de la chasse sans protection auditive

Les armes à feu peuvent causer des dommages aux oreilles lors de la chasse. Ou bien encore sur les champs de tir. Cela peut sembler évident, mais les chasseurs chevronnés l’oublient souvent. Même s’ils pensent qu’il ne s’agit que d’un ou deux coups de feu, étalés sur une longue période, ils ont l’impression que cela ne cause pas autant de dégâts. Mais ce n’est pas le cas.

Un seul coup de fusil de chasse de calibre 12 à courte distance s’évalue à 165 décibels (dB). Ce qui est plus fort qu’un moteur à réaction à 100 mètres (140 dB) ou qu’un concert de musique rock (115 dB). L’exposition la plus forte recommandée avec une protection auditive est de 140 dB. Le seuil de douleur quant à lui commençant à 125 dB.

Même s’il ne s’agit que d’un seul coup de feu à la fois, c’est toujours un seul coup de feu à 165 dB. Il est assez fort pour causer des dommages auditifs permanents, même avec une exposition de courte durée. Alors que les chasseurs de tous types sont en danger, les chasseurs d’oiseaux sont particulièrement exposés. En effet ils tirent plusieurs fois par jour à partir de leur cache, où ils doivent faire face au coup de feu non seulement de leurs propres armes mais aussi de celles de leurs collègues chasseurs.

Si les dommages auditifs causés par le bruit ne sont pas propres à la chasse, les chasseurs doivent faire face à quelque chose que les autres sportifs n’ont pas : l’oreille du chasseur.

L’oreille du chasseur

Également connue sous le nom d’oreille du tireur, cette affection est un type de perte auditive asymétrique. Elle provient de la façon dont les oreilles du chasseur sont exposées au bruit d’un coup de feu. L’oreille qui fait face au coup de feu subit tout le bruit. Celui-ci peut aller de 157 dB (un fusil 5,56 x 45 mm ou une arme de poing de 9 mm) à 165 dB (un revolver .357 Magnum) et plus.

L’asymétrie provient d’un phénomène connu sous le nom d’ombre de tête ou d’oreille. La tête agit comme un tampon pour l’oreille non dominante, fournissant une « ombre » d’environ 15 dB. Cette dernière réduit de manière significative l’importance des dommages auditifs subis par l’oreille qui n’est pas face au canon.

Ce qui se passe dans l’oreille

Pourtant, même avec la réduction de la perte auditive que présente l’ombre portée, il est facile pour les dommages auditifs de s’accumuler au fil du temps. Alors comment se produit la perte ou la détérioration de l’audition ? Pour répondre à cette question, vous devez d’abord comprendre comment vous entendez :

  • tout d’abord, les ondes sonores entrent dans l’oreille et se propagent dans le canal auditif jusqu’au tympan.
  • les ondes sonores font vibrer le tympan. Ces vibrations sont envoyées à trois os de l’oreille moyenne, appelés malléus, enclume et étrier.
  • les os de l’oreille interne couplent ces vibrations sonores avec les vibrations du liquide de la cochlée. Celle-ci est une cavité en forme d’escargot remplie de liquide. Cette cavité est divisée en deux par une cloison appelée membrane basilaire. Elle sert de base aux principales structures de l’oreille.
  • les vibrations du fluide dans la cochlée provoquent la formation d’une onde le long de la membrane basilaire. Les cellules capillaires qui se trouvent au sommet de la membrane basilaire chevauchent alors cette onde.
  • lorsque les cellules ciliées se déplacent, les poils microscopiques à l’extrémité de chaque cellule commencent à se courber. Cette flexion provoque l’ouverture des pores à l’extrémité des poils. Permettant à un mélange de produits chimiques de s’y engouffrer, ce qui crée un signal électrique.
  • ce signal électrique est transmis au cerveau par le nerf auditif. Ce qui permet de le traduire en un son que nous pouvons traiter, comprendre et auquel nous pouvons réagir.

La perte auditive due au bruit, dont l’oreille du tireur fait partie, est causée par l’endommagement et la destruction des cellules ciliées à l’intérieur de l’oreille interne. Contrairement aux cellules ciliées des oiseaux et des lézards, les cellules ciliées humaines ne repoussent pas. Une fois qu’elles ont disparu, elles ont disparu.

Des risques réels

Chaque fois que l’oreille humaine s’expose à des bruits forts ( définis comme tout son supérieur à 85 dB), il y a un risque de perte auditive. Alors que la plupart des pertes auditives surviennent progressivement, causées par la mort lente des cellules ciliées de l’oreille en raison de longues périodes d’exposition à des bruits forts, des éclats sonores extrêmement forts peuvent endommager les trois os de l’oreille interne ou même provoquer la rupture du tympan s’ils sont suffisamment forts.

Il existe de nombreux symptômes différents de la perte auditive. Ils peuvent se manifester soit au fil du temps (dans le cas d’une perte progressive), soit immédiatement après l’apparition du bruit (acouphènes). Parmi les symptômes et les effets de la perte auditive, on peut citer :

  • des sons qui se déforment ou s’étouffent
  • difficulté à entendre ou à comprendre les autres lorsqu’ils parlent
  • acouphènes, bourdonnements ou grondements dans les oreilles
  • perte d’audition temporaire pouvant prendre de 16 à 48 heures pour disparaître

Les solutions

un chasseur avec une protection auditive pendant le coup de feu

Pour réduire les dommages causés à leurs oreilles, les chasseurs doivent porter une protection auditive de chasse. Les protections auditives fonctionnent en réduisant (et non en éliminant) la quantité de bruit entrant dans l’oreille. Pour s’assurer qu’ils utilisent efficacement leur protection auditive, chaque chasseur doit veiller à ce qu’elle soit bien ajustée.

La meilleure protection auditive peut varier d’un chasseur à l’autre, selon le type de chasseur :

  • le niveau de confort de l’individu
  • la taille des canaux auditifs individuels
  • l’environnement d’utilisation
  • le niveau de bruit attendu

Le principal avantage de la protection auditive est évident : protéger les oreilles des bruits forts en réduisant la quantité de bruit entrant dans l’oreille. Toutefois, il existe également d’autres avantages secondaires, qui dépendent du type de protection auditive choisi. Ces avantages comprennent :

  • la suppression du bruit au-delà d’un certain seuil. Cela permet au chasseur d’entendre des conversations normales tout en étouffant les coups de feu
  • la protection du canal auditif ou des os de l’oreille interne
  • l’amélioration de l’audition pour compenser la perte auditive due à l’insertion de la protection auditive.

Éléments à prendre en compte lors de l’achat d’un casque anti bruit pour la chasse

Il existe de nombreux types de protections auditives pour la chasse sur le marché. C’est pourquoi un chasseur doit tenir compte de plusieurs facteurs différents lorsqu’il choisit le type de protection auditive qu’il souhaite acheter. Les facteurs à prendre en compte sont les suivants :

Fréquence d’utilisation

Vous avez l’intention d’aller chasser une fois par pleine lune ? Êtes-vous quelqu’un qui chasse à chaque saison ? Si vous avez l’intention de n’aller qu’une fois par pleine lune, de simples casques sont souvent le meilleur choix. Pour un chasseur régulier, l’achat d’une paire de bouchons d’oreille dédiés et personnalisés à la chasse constitue généralement une l’option la plus rentable à long terme.

Type d’utilisation

Le type de protection auditive que vous choisissez dépend également de la façon dont vous devez l’utiliser. Plus précisément, de ce que vous devez entendre à un moment donné. Si vous avez besoin d’entendre des conversations ou les ordres d’un chef de rang, de simples bouchons d’oreille en mousse ne sont pas forcément le meilleur choix. Ils ont en effet tendance à atténuer ou à bloquer tous les sons, quelle que soit la source. D’autres options permettent au chasseur d’entendre des bruits de faible décibels. Mais s’activent ensuite pour étouffer ou atténuer les bruits de plus forte intensité (en général, tout ce qui dépasse 85-95 dB).

Le classement du produit en matière de réduction du bruit (SNR)

Chaque type de protection auditive vendu a un indice de réduction du bruit. Celui-ci explique dans quelle mesure le type de protection auditive donné réduira les sons entrant dans les oreilles. Les différents types de protection auditive ont des NRR différents, les bouchons en mousse étant généralement parmi les plus faibles.

Le confort

Différentes caractéristiques donnent au chasseur différents niveaux de confort, selon ses préférences personnelles. Il appartient au chasseur en question de choisir non seulement l’option qu’il est le plus à l’aise de porter, mais aussi celle qu’il est le plus à l’aise d’utiliser.

Quels sont donc les différents types de protection auditive sur le marché ? Comment se comparent-ils ?

Différentes options de protection auditive pour les chasseurs

Il existe de nombreux types de protections auditives sur le marché. Elles vont des plus simples (bouchons d’oreille en mousse) aux plus complexes (bouchons d’oreille électroniques ou casques antibruit électroniques). Examinons les différentes options et voyons comment elles se comparent.

Bouchons d’oreille en mousse

Les simples bouchons d’oreille en mousse sont probablement la forme de protection auditive la plus facile et la moins chère qui existe. Ils présentent certains avantages, notamment le fait d’être peu coûteux, petits et suffisamment polyvalents pour être utilisés dans de nombreuses applications différentes. Ils ont également un SNR de 33, ce qui les rend assez solides pour bloquer le bruit.

Cela ne signifie pas pour autant qu’ils ne présentent pas certains inconvénients. Le plus important étant qu’ils ne protègent que le canal auditif. Cela signifie que les os sensibles de l’oreille se retrouve largement sans protection. Le deuxième gros problème est que les bouchons d’oreille en mousse amortissent tous les bruits, quelle que soit leur origine. Ce qui rend les ordres d’un chef de rangée aussi difficiles à entendre qu’un coup de feu.

Les casques anti bruit chasse classiques

Avec un SNR de 30, une paire de casques antibruit pour chasseurs peut sembler rétrograde par rapport aux bouchons d’oreille en mousse. Mais dans de nombreux cas, c’est le contraire qui se passe. Ils sont très simples à positionner sur la tête. Contrairement aux bouchons d’oreille, qui nécessitent une procédure spécifique pour une insertion correcte. De plus, les casques antibruit protègent l’oreille entière, et pas seulement le conduit auditif. Ils sont également combinables avec des bouchons d’oreille pour une protection accrue.

Cela ne signifie pas pour autant qu’ils n’ont pas d’inconvénients. Les casques anti bruit peuvent s’avérer gênants lorsqu’on porte un couvre chef, un chapeau ou un casque. Ils peuvent aussi parfois gêner au moment de viser, perturbant l’ajustement du fusil ou de la carabine à l’épaule. Enfin, comme les bouchons d’oreille, ils bloquent tous les niveaux de bruit, ce qui signifie qu’il est plus difficile de trouver du gibier ou d’entendre des conversations lorsqu’on est dans les bois.

Casques antibruit électroniques/actifs

Les casques antibruit électroniques et les bouchons d’oreille ressemblent beaucoup à leurs cousins non électriques. Toutefois, ils présentent un avantage majeur : ils ne bloquent que les bruits plus forts (85-95 dB). Ils conservent également les avantages des casques antibruit ou des bouchons d’oreille non électriques.

Bien entendu, ils présentent également bon nombre des mêmes inconvénients, ainsi qu’un autre inconvénient majeur : le coût. Les casques antibruit et bouchons d’oreille actifs sont de loin l’option la plus coûteuse lorsqu’il s’agit de choisir une protection auditive. Une paire de bouchons d’oreille électriques coûtant plus de 125 euros au bas mot.

Bouchons d’oreilles moulés sur mesure avec filtres anti bruits impulsionnels (percussion)

Ces bouchons d’oreille moulé sur mesure combinent tous les avantages des bouchons d’oreille, des casques antibruit et de leurs équivalents électriques en un seul ensemble non électrique. Ils suppriment les bruits nocifs et ne vous arrachent pas les oreilles lorsque vous tirez avec un fusil. L’un de leurs seuls inconvénients est que, contrairement aux casques antibruit électroniques ou aux bouchons d’oreille, ils n’amplifient pas le son. Cependant, la plupart des filtres à percussion ont deux niveaux SNR différents. Ce qui signifie qu’ils peuvent bloquer les bruits forts avec la section 32 SNR. Tout en permettant aux conversations régulières de passer par la section 10 SNR, par exemple.